Accueil/ Actualités

Quand les villes distribuent des poules

poules-pondeuses-campagne-ville

A la campagne mais désormais aussi en ville, les poules sont de retour sur le devant de la ferme ! Sensibles à l’argument selon lequel les gallinacés recyclent nos déchets ménagers, de plus en plus de collectivités font le choix de distribuer des poules aux administrés. Les bénéfices de ces initiatives sont multiples, puisqu’au delà du recyclage des déchets elles permettent de sensibiliser les citoyens sur l’écologie à travers l’autoproduction – une poule pond jusqu’à 250 œufs par an tout en diminuant de 30% le poids des poubelles (les déchets organiques dont raffolent les poulettes sont ceux qui pèsent le plus lourd, devant le vert, le plastique et les cartons). Cerise sur le gâteau : les cocottes sont aussi attachantes que faciles à élever. Quand l’écologie rime avec plaisir…

En dessous de 50 poules, le poulailler est considéré par le règlement sanitaire départemental comme un élevage familial non soumis à réglementation particulière. L’environnement urbain n’est donc pas un frein si l’on veut accueillir une paire de poules, comme c’est le cas pour 90% des petits élevages amateurs. A condition d’avoir un petit jardin, bien entendu. Compter 10 m2 par poule, voire 20 m2 idéalement.

Retour sur 3 opérations pilotes menées avec succès en Île-de-France.

coq-poule-retour-ville

Le coq en ville n’a toujours pas la cotte ! En témoigne l’histoire récente de ces 2 coqs évadés en plein centre ville de Poitiers. Les riverains n’ont pas tardé à manifester leur hostilité après plusieurs réveils à 4h du matin !

 

En 2015, la ville de Saint-Maur-des-Fossés dans le Val-de-Marne a souhaité proposer des poules à ses administrés dans le cadre de l’opération « Les poules, c’est cool ! ». A cette occasion, 60 foyers volontaires ont été sélectionnés pour accueillir un poulailler ainsi qu’une paire de poules. L’objectif de la municipalité : sensibiliser les Saint-Mauriens sur le tri des déchets ménagers et l’autoproduction.

En décembre 2016, le SIREDOM (Syndicat Intercommunal pour le Recyclage et l’Energie par les Déchets et Ordures Ménagères) a fait appel à la « start-up des basses-cours » pour distribuer 200 poules Gâtinaises et 100 poulaillers en kit auprès d’une centaine de familles volontaires. Cette fois-ci, la commune a souhaité revaloriser la poule Gâtinaise, une race ancienne 100% locale, réputée pour ses beaux œufs tout blancs. Ou quand les villes participent à la préservation du patrimoine vivant !

La distribution s’est tenue à Lisses (Essonne). Ghislain Journé – fondateur de Farmili – était présent pour donner tous les conseils indispensables aux participants, car si les cocottes restent des animaux rustiques qui ne réclament en principe aucune visite chez le vétérinaire, leur adoption implique nécessairement quelques responsabilités. Au même titre qu’un chien ou qu’un chat les poules ont besoin d’attention : il faut les nourrir (une fois par jour), leur donner de l’eau et renouveler leur litière une fois par semaine. Autant d’automatismes adoptés volontiers quand on fait la somme des petits bonheurs quotidiens procurés par les poules.

Distribution-poules-gâtinaises-SIREDOM

C’est la foule des grands jours pour venir récupérer ses poules pondeuses Gâtinaises. (au SIREDOM à Lisses – Essonne)

 

Les poules arrivent en ville… jusqu’à Versailles ! Au printemps 2016, ce sont 150 familles qui ont participé à la première remise de poules pondeuses organisée par l’agglomération de Versailles Grand Parc. La collectivité, qui regroupe 19 communes des Yvelines, a voulu ainsi sensibiliser les habitants sur la réduction des déchets ménagers. Objectif affiché : une réduction de 60 tonnes de déchets par an !

Devant le succès remporté par l’opération – près d’un an après, 80% des familles participantes se sont déclarées « très satisfaites de l’opération » – la commune envisage de la reconduire en 2017.

Et puisque chaque région recèle des trésors, Versailles a mis à l’honneur la célèbre poule de Houdan, une race de volaille ancienne, réputée pour sa chair fine et ses bonnes aptitudes de pondeuse.

Distribution-poules-collectivité-Versailles

Lors de la distribution, chaque famille a signé une charte avec la collectivité pour assurer le suivi de l’opération dans la durée.

 

Ces trois opérations récentes en Île-de-France témoignent d’un véritable regain d’intérêt pour les poules en ville. Phénomène assez logique si on constate la relation étroite qui nous lie à ces animaux depuis près de 8000 ans ! Si l’avènement de l’élevage industriel a rompu le lien entre l’homme et le vivant, le retour à un mode de vie plus connecté à la nature voit l’émergence de ces initiatives. Et contrairement à une idée répandue, cela n’a rien à voir avec une nouvelle mode pour « bobos ». Il s’agit au contraire d’un retour aux sources salutaire !

L’engouement pour les poules « recycleuses » traverse même l’Atlantique, comme en témoigne cette action menée à Cowansville au Québec, où un groupe de citoyens a récemment fait pression pour que la municipalité vote des mesures facilitant la possession de poules par les habitants.

Ces actions donnent également la possibilité aux collectivités de mettre à l’honneur des entreprises engagées dans l’agriculture urbaine et les circuits courts. La fameuse écologie entrepreneuriale !  Précisément le credo de la jeune entreprise Farmili, qui vient de recruter 2 CDI pour développer son concept de mini fermes urbaines, en partenariat avec les acteurs locaux – éleveurs, fabricants, agriculteurs, apiculteurs et semenciers engagés dans l’agro-écologie et le bio.

Poulailler-YOUMAKIT

Le poulailler YOUMAKIT de Farmili avec ses deux poules Gâtinaises.

 

Pour commencer votre petit élevage de poules pondeuses, demandez notre guide gratuit sur les poules ! Découvrez aussi « Des poules en ville, c’est possible ! » le nouvel ouvrage incontournable sur le grand retour des poules en ville.

 

Vous avez aimé cet article ? Épinglez le sur Pinterest 🙂

poules-ville-poules-pondeuses

PartagerShare on Facebook275Share on Google+0

Articles similaires

2 Commentaires

  • Répondre
    gehin
    02/21/2017 at 6:11

    le poulailler a l’air très bien , ou le trouver

  • Répondre