Accueil/ Actualités

Gilets jaunes : ce qu’en pensent les poules

Lorsqu’elle a vu des manifestants jeter des œufs sur les forces de l’ordre à la télévision, Roussette – porte-parole engagée des poules pondeuses – a immédiatement souhaité réagir. Ah oui, Roussette regarde la télévision par la fenêtre de la cuisine !

Propos recueillis par notre envoyé spécial sur place.

Bonjour Roussette. Vous souhaitez réagir au mouvement des gilets jaunes.

Et comment ! Quand vous voyez ce qu’ils font de nos œufs ça vous brise le cœur, on se donne tellement de mal pour vous nourrir. Avec si peu de considération, soit dit en passant…

Vous n’allez pas vous y mettre aussi ???

Oh rassurez-vous, que pourrions-nous faire face à vous, les humains ? Vous avez le pouvoir absolu sur cette planète… Quand on voit ce que vous en faites, ça me déprime. Et quand je déprime, j’arrête de pondre.

Justement, si vous aviez un message à adresser aux humains, que voudriez-vous leur dire ?

Je voudrais leur dire qu’ils devraient s’émouvoir du sort qui nous est réservé, à nous autres les animaux d’élevage. Nos tristes vies symbolisent l’impasse dans laquelle ils se sont engagés collectivement. J’entends beaucoup dire qu’il faut « sauver la planète » ce qui peut paraître ambitieux, pour une poule ou un humain.

Commencez déjà par respecter le vivant, c’est-à-dire les espèces sauvages et domestiques avec lesquelles vous partagez la biosphère. C’est la BASE ! Vous verrez que vous vivrez mieux. Je le vois chaque jour avec notre fermier qui vit les mains dans la terre et qui lui, s’occupe très bien de nous. On a une connexion c’est incroyable. Quand il nous parle c’est à se demander s’il ne comprend pas nos gloussements…

Ça vous fait marrer ? Pourtant nous sommes tous des cousins, le saviez-vous ? Aucune raison de nous traiter autrement que comme des membres de la famille. Nos destins sont si étroitement liés…

Que vous choisissiez de nous manger ou pas, rien n’explique que vous laissiez vivre 80% d’entre nous dans des cages sordides où nous survivons à peine. Si nous pouvions parler comme vous, vous n’en reviendriez pas de la souffrance que nous éprouvons, quotidiennement.

L’élevage industriel, modèle de « production » largement dominant sur la planète, symbolise la folie de notre mode de vie « moderne » et la déconnexion sidérante des humains avec le vivant.

Et le pire, c’est que tous les animaux d’élevage, vaches, cochons, veaux, dindes et moutons, vivent le même supplice dans l’indifférence quasi générale.

Vous voulez vous mobiliser sur des ronds-points, très bien. Faites-le aussi dans les rayons de vos magasins. C’est moins violent et le résultat est là : de plus en plus d’industriels, éleveurs et agriculteurs commencent à remettre en cause leurs modes de production quand ils voient que les gens s’inquiètent de la qualité de ce qu’ils mangent et des conditions de vie des animaux.

Opposez-vous aux projets de ferme usine ou aux chantiers de bétonnisation des terres agricoles comme Europacity, c’est absolument essentiel si vous souhaitez changer le monde, ou vivre mieux, tout simplement.

N’oubliez pas que les petits gestes comptent, s’ils sont adoptés par un grand nombre. Pour cela je le pense, on change déjà le monde en adoptant deux poules !

Merci Roussette pour ce témoignage 😉

PartagerShare on Facebook582Share on Google+0

Articles similaires

Aucun commentaires

Répondre