Nos articles

Elevage des poules pondeuses

Accueil/ Elevage des poules pondeuses/ L'élevage des poules

La poule, animal de compagnie ?

Vous l’avez peut-être remarqué en vous promenant dans les animaleries, la poule a fait son entrée dans le cercle très fermé des animaux de compagnie.

Nous sommes allés interroger Roussette, la plus célèbre des cocottes, pour recueillir ses impressions sur cette véritable consécration…

Bonjour Roussette, vous êtes désormais assimilée à un animal de compagnie. Alors, heureuse ?

Je vous avoue que je ne savais pas ce qu’était un animal de compagnie alors je suis allée pianoter sur Wikipédia et voilà ce que j’ai trouvé : « Un animal de compagnie est un animal recevant la protection des humains en échange de sa présence, sa beauté, sa jovialité ou encore pour ses talents ».

Et bien je dois vous dire que cela ne m’a pas emballé ! Moi qui croyais que mon fermier m’aimait de manière inconditionnelle, juste parce que je suis moi… Je ne trouve pas le mot « compagnie » très sympathique.

Enfin Roussette… vous êtes une poule, à quoi vous attendiez-vous ?

À plus de considération ! Je joue un rôle sur cette planète. Je recycle des déchets, je ponds des bons œufs, je mange les limaces du potager, mes fientes fertilisent le sol et en plus on me dit que je suis jolie. Et vous, que faites-vous ?!?

Moi ? Euh… je trie mes déchets.

Et bien moi encore mieux, je n’en produis pas !

Ok, vous marquez un point. Mais on vous traite bien, alors de quoi vous plaignez-vous ?

Quand on s’occupe d’elles, les poules deviennent très familières.

Ce qui me gêne dans cette expression « d’animal de compagnie », c’est qu’elle laisse entendre que certains animaux mériteraient la considération des humains – pour leur tenir compagnie – et d’autres non.

Vous n’avez rien compris, je pense. C’est pourtant simple : on est tous différents, mais égaux. Nous partageons la même planète et nous dépendons tous les uns des autres. Nous devons plutôt être des potes, vous comprenez ?

Peut-être, mais avouez qu’il est plus facile de vivre avec un chat qu’avec un hérisson !

Détrompez-vous les hérissons sont des êtres incroyables ! Et adoptez donc des poules plutôt que de dérouler le tapis rouge aux chats. Nous ne les craignons pas, nous autres les poules, en revanche pour les petits animaux du jardin et en particulier les oiseaux, c’est un drame. Les chats sont des assassins du jardin !

Surtout, vous pouvez nouer une belle relation avec un animal sans forcément le posséder. Apprenez à observer les petits animaux sauvages qui vous entourent. Si vous avez un jardin, aménagez-leur un petit espace sauvage et protégez-les.

Et si vous voulez absolument adopter un animal, prenez 2 poules. Ça change et vous verrez, on s’amuse bien ensemble au jardin 😉

Les poules pondent volontiers entre copines. Ici, 2 pondeuses papotent dans le même nid.

Accueil/ Elevage des poules pondeuses/ L'élevage des poules/ Les races de poules

Pourquoi faut-il au moins deux poules ?

Nous avons demandé à Roussette de lever le voile sur cette question qui taraude quiconque a voulu élever des poules un jour…

Inutile de vous dire que notre fière représentante de la communauté gallinacé a un avis bien tranché sur la question. Elle nous répond avec son franc parler légendaire.

– Bonjour Roussette, beaucoup d’humains se demandent pourquoi il faut avoir une paire de poules.

Ah bon ?!? C’est pourtant aussi simple à comprendre qu’une paire de c******* !

– ?!?

C’est pour la rime (pour les enfants je voulais dire « une paire de cerises !). D’ailleurs le parallèle n’est pas si absurde. Car vous verrez que dans le jardin vos deux poules ne se lâchent pas d’une semelle ! Elles semblent liées par un lien indéfectible… Plus sérieusement nous avons tendance à stresser un peu quand on est toutes seules. À deux on se sent soutenues. Ça aide au quotidien quand on est une poule.

Deux poules soie barbues blanche dans leur poulailler Cambridge.

– Que voulez-vous dire ?

Allons mettez-vous à ma place un instant. C’est difficile à comprendre pour vous autres les humains car vous êtes tout en haut de la chaîne alimentaire. Mais nous les poules, sommes à l’opposé de la chaîne du vivant vous comprenez ? Chaque matin quand je sors du poulailler je ne sais pas si j’aurai encore toutes mes plumes à la nuit tombée. Avec ma copine Paulette on se rassure et quand on se promène dans le jardin, tandis que l’une picore ou se prélasse au soleil, l’autre monte la garde.

– Pourtant les humains vous protègent et passent du temps avec vous, alors pourquoi ne pas vous contenter de leur présence ?

C’est vrai qu’ils s’occupent bien de nous. Ceux qui nous élèvent en plein air, je précise ! Mais ça ne suffit pas. Personne ne me comprend mieux que Paulette et je pense que toutes les poules diront la même chose de leur copine de perchoir.

– Justement. Arrive-t-il que deux poules ne s’entendent pas ?

Quand on est deux on se soutient, c’est une règle d’or chez les poules. Quand on ne se connaît pas au début on se tire un peu la crête mais après quelques jours on devient les meilleures copines du monde. Ça doit être instinctif je suppose. Il faut dire qu’on a assez à faire avec les renards, les belettes, les rapaces et autres prédateurs. Si en plus on n’est pas solidaires où va-t-on je vous le demande !

– Vous avez bien raison, il ne faut pas se brouiller 😉

C’est bien dit ! Et puisque vous aimez vous aussi les jeux de mots, notez qu’on ne pond pas que pour le blé : pour qu’une poule ponde, il faut non seulement qu’elle soit bien nourrie mais surtout qu’elle se sente en sécurité. Et pour ça, rien de mieux qu’une bonne copine ! À bon entendeur…

Pour découvrir le poulailler Cambridge (en photos), revoyez le reportage de Silence ça Pousse ! consacré à la mini ferme :