Nos articles

Accueil

Accueil/ Actualités/ Témoignages

Coucou, l’incroyable poule

« Coucou, c’est ma poule préférée !! ». On appelle cela un cri du cœur. En rentrant du poulailler en courant le week-end dernier, Quentin nous a crié son amour pour cette jolie poule au plumage moucheté.

« Elle me laisse la prendre dans les bras et elle aime les bisous !! ». Il n’en fallait pas plus pour que le petit garçon de 4 ans s’attache à la poule devenue amie, confidente, formidable complice au jardin.

Et allez comprendre… personne d’autre que Quentin n’est parvenu à tisser un lien comparable avec la poule Coucou. Dès qu’ils s’approchent d’elle, les adultes la font fuir.

Il y a pourtant une explication à ce comportement étonnant.

Au contact d’êtres humains plus fragiles – personnes en situation de handicap, malades, personnes âgées ou enfants – la plupart des animaux changent de comportement, comme s’ils avaient conscience de la situation de l’autre. Certains vont même jusqu’à manifester une véritable tendresse.

Ce constat a donné naissance à une pratique qu’on appelle la zoothérapie ou la médiation animale, avec l’idée que la présence d’un animal apporte un apaisement aux patients atteints d’un handicap ou d’un trouble médical lourd. La discipline connaît un immense succès et on ne compte plus les centres hospitaliers ou maisons de retraite médicalisées qui accueillent parmi leurs résidents des chats, chiens, lapins et autres poules.

Quant aux bénéfices thérapeutiques que procure ce contact avec l’animal, on les mesure concrètement quand on voit l’effet que produisent les animaux sur les patients. Les images parlent d’elles-mêmes. À l’instar de Peyo, ce magnifique (et fougueux !) étalon qui déambule dans les chambres d’un centre hospitalier, calme comme une image au contact des résidents. Son propriétaire n’en revient pas et ne parvient pas à expliquer – pas plus que la communauté médicale – ce qu’il se passe entre l’humain et l’animal lors de ces moments.

Toutefois une chose est certaine : il se passe quelque chose.

Et vous ? Avez-vous un témoignage avec votre animal ? Racontez-nous ! Commentaires ci-dessous 😉

Accueil/ Elevage des poules pondeuses/ L'élevage des poules

La poule, animal de compagnie ?

Vous l’avez peut-être remarqué en vous promenant dans les animaleries, la poule a fait son entrée dans le cercle très fermé des animaux de compagnie.

Nous sommes allés interroger Roussette, la plus célèbre des cocottes, pour recueillir ses impressions sur cette véritable consécration…

Bonjour Roussette, vous êtes désormais assimilée à un animal de compagnie. Alors, heureuse ?

Je vous avoue que je ne savais pas ce qu’était un animal de compagnie alors je suis allée pianoter sur Wikipédia et voilà ce que j’ai trouvé : « Un animal de compagnie est un animal recevant la protection des humains en échange de sa présence, sa beauté, sa jovialité ou encore pour ses talents ».

Et bien je dois vous dire que cela ne m’a pas emballé ! Moi qui croyais que mon fermier m’aimait de manière inconditionnelle, juste parce que je suis moi… Je ne trouve pas le mot « compagnie » très sympathique.

Enfin Roussette… vous êtes une poule, à quoi vous attendiez-vous ?

À plus de considération ! Je joue un rôle sur cette planète. Je recycle des déchets, je ponds des bons œufs, je mange les limaces du potager, mes fientes fertilisent le sol et en plus on me dit que je suis jolie. Et vous, que faites-vous ?!?

Moi ? Euh… je trie mes déchets.

Et bien moi encore mieux, je n’en produis pas !

Ok, vous marquez un point. Mais on vous traite bien, alors de quoi vous plaignez-vous ?

Quand on s’occupe d’elles, les poules deviennent très familières.

Ce qui me gêne dans cette expression « d’animal de compagnie », c’est qu’elle laisse entendre que certains animaux mériteraient la considération des humains – pour leur tenir compagnie – et d’autres non.

Vous n’avez rien compris, je pense. C’est pourtant simple : on est tous différents, mais égaux. Nous partageons la même planète et nous dépendons tous les uns des autres. Nous devons plutôt être des potes, vous comprenez ?

Peut-être, mais avouez qu’il est plus facile de vivre avec un chat qu’avec un hérisson !

Détrompez-vous les hérissons sont des êtres incroyables ! Et adoptez donc des poules plutôt que de dérouler le tapis rouge aux chats. Nous ne les craignons pas, nous autres les poules, en revanche pour les petits animaux du jardin et en particulier les oiseaux, c’est un drame. Les chats sont des assassins du jardin !

Surtout, vous pouvez nouer une belle relation avec un animal sans forcément le posséder. Apprenez à observer les petits animaux sauvages qui vous entourent. Si vous avez un jardin, aménagez-leur un petit espace sauvage et protégez-les.

Et si vous voulez absolument adopter un animal, prenez 2 poules. Ça change et vous verrez, on s’amuse bien ensemble au jardin 😉

Les poules pondent volontiers entre copines. Ici, 2 pondeuses papotent dans le même nid.

Accueil/ Actualités/ L'élevage des poules/ Les races de poules

J’élève mes poussins !

On me demande souvent s’il est compliqué d’élever des poussins. La réponse est non, c’est assez simple, mais surtout c’est une incroyable expérience.

Pendant les 3 premières semaines de leur vie, les poussins vont grandir dans un bac à poussins – de la taille d’une cage à hamster – où la température sera contrôlée à l’aide d’une lampe spéciale. Le point de vigilance est la température. Sensibles au froid, vos petits protégés devront pouvoir se blottir sous la lampe pour se tenir chaud.

On conseillera un kit poussins complet pour ne rien oublier.

Kit complet poussins

Pendant le premier mois les poussins consomment un muesli bio spécial poussin.

À partir d’un mois, si les températures le permettent, les poussins pourront rejoindre le poulailler – attention toutefois à les séparer des autres poules, ils sont encore trop petits pour intégrer un cheptel de poules adultes. Il est impératif qu’ils soient mis dans un endroit bien au sec, à labri de l’humidité et des courants d’air. Idéalement, on laissera la lampe chauffante un mois supplémentaire. Si vous avez une remise ou un garage avec possibilité d’aménager un petit enclos, c’est l’idéal.

À partir de 3 mois, les poussins peuvent rejoindre les adultes.

Comment se procurer des poussins ?

On trouve sur certains marchés de printemps des poussins disponibles à la vente. Ces marchés sont souvent situés à la campagne. Face à l’engouement des particuliers pour les poules, devenues de véritables animaux de compagnie, certaines jardineries en proposent également.

Une troupe de poussins probablement issus de croisements.

Nous avons testé l’expédition de poussins en direct de la ferme, cela fonctionne très bien (cliquer sur le lien et aller dans la catégorie « poussins & poulets » en bas de page). Les poussins sont expédiés par 4 minimum dans des cartons spéciaux troués, avec litière au sol. Ils partent par transporteur spécialisé pour arriver directement chez vous en express. Les livraisons ont lieu le mercredi exclusivement. Les poussins passent en direct de l’élevage à votre maison sans passer par la case magasin, ce qui n’est pas plus mal 😉

Ce sont des poussins de pondeuses – rousse et noire cuivrée – sexés à 1 jour (pas de risque de coq, donc). À noter que pendant les 24h qui suivent la sortie de l’œuf, les poussins ne s’alimentent pas. Ils doivent d’abord assimiler les nutriments contenus dans leur œuf.

Ils vont ensuite consommer l’aliment poussin que vous leur donnerez à réception.

Le muesli poussin bio, c’est un vrai p’tit dej de champion !

Naturellement, assurez-vous d’avoir tout ce qu’il faut avant de réceptionner vos poussins.

Quelle est la meilleure période pour acheter des poussins ?

Dès la fin février vous pouvez accueillir vos poussins. Ainsi, vous récolterez vos premiers œufs au début de l’été 😉

Allez ! À vos poussinières amis fermiers !

Roussette

 

Accueil/ L'alimentation

Les 3 meilleurs plats pour les poules

Parmi les nombreuses idées de recettes qui nous sont envoyées, nous en avons testé 3 qui ont eu un gros succès auprès de Roussette 🙂

Toutes impliquent un recyclage des restes de la table, vous avez compris que c’était un peu l’idée 😉 Nous rassurons immédiatement tous ceux – ils sont nombreux – qui nous précisent régulièrement que non, les poules ne sont pas des poubelles ! Sur ce point nous sommes parfaitement d’accord les amis… justement, avec ces 3 idées de plats vous saurez faire le tri entre les choses qu’on peut donner aux poules et celles qui termineront à la poubelle ou au composteur.

1 – L’assiette des champion(ne)s

Particulièrement indiqué pour les poules qui ont un petit coup de mou (la crête un peu pâlotte) ou qui ont besoin d’être revigorées… idéal en ce mois de janvier bien humide ! Puisqu’en cette saison les insectes riches en protéines sont absents du jardin, on va remédier aux carences avec un plat riche en protéines :

Mettre dans l’écuelle ½ baguette de pain sec coupée en gros morceaux.

Verser 1 grand verre d’eau et 1 grand verre de lait.

Mélanger l’ensemble jusqu’à obtenir une pâte bien moelleuse.

Ajouter un reste de pâtes cuites (aux œufs ou au blé), l’équivalent d’une bonne poignée par poule.

Ajouter des restes de jambon (le blanc que les enfants aiment moins par exemple) coupés en morceaux pour éviter tout gaspillage.

En fonction des repas de la famille vous pouvez ajouter du poisson (peau, arrêtes, chair etc.) à volonté, les poules vont adorer. Si vous avez de la viande rouge pourquoi pas, mais en petites quantités car l’apport en protéines est très élevé. On coupera en petits morceaux.

Pour donner une touche finale à cette recette bien riche, n’hésitez pas à mettre un peu de verdure si vous en avez sous la main. Si vous n’en avez pas aucun souci, en principe il y en a plein de jardin !

Attention aux sauces – vinaigrettes, béchamel, tomate etc. Les poules n’aiment pas.

N’oubliez pas : couper / hacher menu si vous voulez que tout disparaisse !

2 – L’assiette végétarienne

Vous êtes végétarien(ne) ? On imagine que la recette qui précède ne vous a pas emballé… Pas d’inquiétude, les poules s’adaptent à tous les frigos ! Ici on va plutôt mettre à l’honneur les protéines végétales contenues dans certaines légumineuses cuites ou crues – lentilles, pois, fèves, haricots, soja. On peut mélanger avec le pain humidifié (à l’eau seule ou avec du lait) et un reste de pâtes au blé, utilisés comme base. Idem pour la verdure, si vous en avez sous la main allez-y et n’oubliez pas… hacher / couper menu 😉

Pour faire plaisir à vos poules sans renier vos habitudes ou convictions, vous pouvez agrémenter le plat de vers de farine desséchés (offre spéciale : 2 achetés = 1 offert). Ces insectes sont élevés en Auvergne à partir des ressources locales (restes de pain collectés dans les environs), leur bilan carbone est excellent et ils sont extrêmement riches en vitamines et en protéines. Vous verrez, les poules en sont folles !

3 – L’assiette campagnarde

À la ferme (comme ici) les poules sont nourries au grain, tout simplement.

Qui dit assiette campagnarde dit céréales ! Les éleveurs traditionnels vous le confirmeront, l’alimentation de base des poules se compose de céréales à 80% et de protéagineux à 20%.

Choisir un mélange bio spécial poules.

Privilégier les mélanges de céréales et graines cultivées dans des exploitations biologiques situées en France. La localisation est importante car aujourd’hui beaucoup de produits BIO sont importés, or importer des produits qu’on peut produire localement, avec les coûts de transport et les émissions de gaz à effet de serre que cela implique, ça ne colle pas vraiment avec la philosophie de départ…

Dans cette assiette campagnarde le grain compose la base du plat. Les restes viendront l’agrémenter (s’inspirer des 2 recettes précédentes).

Inconvénient : vous recyclerez moins de restes de table.

Avantage : vous poules n’auront pas de carence et pondront mieux.

Précision : selon l’inspiration et ce qu’il y a dans le frigo, les 3 recettes peuvent être combinées sans aucun problème. On conseillera de mettre en base une bonne poignée de céréales quelle que soit la recette choisie.

Accueil/ Actualités

Gilets jaunes : ce qu’en pensent les poules

Lorsqu’elle a vu des manifestants jeter des œufs sur les forces de l’ordre à la télévision, Roussette – porte-parole engagée des poules pondeuses – a immédiatement souhaité réagir. Ah oui, Roussette regarde la télévision par la fenêtre de la cuisine !

Propos recueillis par notre envoyé spécial sur place.

Bonjour Roussette. Vous souhaitez réagir au mouvement des gilets jaunes.

Et comment ! Quand vous voyez ce qu’ils font de nos œufs ça vous brise le cœur, on se donne tellement de mal pour vous nourrir. Avec si peu de considération, soit dit en passant…

Vous n’allez pas vous y mettre aussi ???

Oh rassurez-vous, que pourrions-nous faire face à vous, les humains ? Vous avez le pouvoir absolu sur cette planète… Quand on voit ce que vous en faites, ça me déprime. Et quand je déprime, j’arrête de pondre.

Justement, si vous aviez un message à adresser aux humains, que voudriez-vous leur dire ?

Je voudrais leur dire qu’ils devraient s’émouvoir du sort qui nous est réservé, à nous autres les animaux d’élevage. Nos tristes vies symbolisent l’impasse dans laquelle ils se sont engagés collectivement. J’entends beaucoup dire qu’il faut « sauver la planète » ce qui peut paraître ambitieux, pour une poule ou un humain.

Commencez déjà par respecter le vivant, c’est-à-dire les espèces sauvages et domestiques avec lesquelles vous partagez la biosphère. C’est la BASE ! Vous verrez que vous vivrez mieux. Je le vois chaque jour avec notre fermier qui vit les mains dans la terre et qui lui, s’occupe très bien de nous. On a une connexion c’est incroyable. Quand il nous parle c’est à se demander s’il ne comprend pas nos gloussements…

Ça vous fait marrer ? Pourtant nous sommes tous des cousins, le saviez-vous ? Aucune raison de nous traiter autrement que comme des membres de la famille. Nos destins sont si étroitement liés…

Que vous choisissiez de nous manger ou pas, rien n’explique que vous laissiez vivre 80% d’entre nous dans des cages sordides où nous survivons à peine. Si nous pouvions parler comme vous, vous n’en reviendriez pas de la souffrance que nous éprouvons, quotidiennement.

L’élevage industriel, modèle de « production » largement dominant sur la planète, symbolise la folie de notre mode de vie « moderne » et la déconnexion sidérante des humains avec le vivant.

Et le pire, c’est que tous les animaux d’élevage, vaches, cochons, veaux, dindes et moutons, vivent le même supplice dans l’indifférence quasi générale.

Vous voulez vous mobiliser sur des ronds-points, très bien. Faites-le aussi dans les rayons de vos magasins. C’est moins violent et le résultat est là : de plus en plus d’industriels, éleveurs et agriculteurs commencent à remettre en cause leurs modes de production quand ils voient que les gens s’inquiètent de la qualité de ce qu’ils mangent et des conditions de vie des animaux.

Opposez-vous aux projets de ferme usine ou aux chantiers de bétonnisation des terres agricoles comme Europacity, c’est absolument essentiel si vous souhaitez changer le monde, ou vivre mieux, tout simplement.

N’oubliez pas que les petits gestes comptent, s’ils sont adoptés par un grand nombre. Pour cela je le pense, on change déjà le monde en adoptant deux poules !

Merci Roussette pour ce témoignage 😉

Accueil/ L'élevage des poules/ Témoignages

Roussette je t’aime !

Depuis qu’il a ses deux poules rousses, Raymond l’affirme : ma vie a changé ! Ce qui ne devait être au départ qu’une simple opération de recyclage des déchets s’est finalement mué en une relation homme/animal inattendue.

Tout a commencé au printemps dernier. La petite fille de Raymond entend parler d’une distribution de poules organisée par les services de la ville. « Ça tombe bien, papi a un jardin ! » s’enthousiasme aussitôt Léonie. C’est décidé, il faut convaincre Raymond d’adopter une paire de poules. Cela ne sera pas difficile puisque les poules sont rustiques et demandent moins d’entretien qu’un animal de compagnie. Sans oublier que lorsqu’il était enfant Raymond élevait lui-même quelques poules dans la maison familiale.

« …Pourquoi pas ! » répond celui-ci, trop content de voir l’excitation que suscite le projet auprès de Léonie. « À condition que tu m’aides à m’occuper d’elles une fois par semaine !

— Oh oui papili c’est promiiis !!! ».

Et voilà notre famille inscrite à l’opération qui doit se dérouler dans quelques semaines…

En quelques jours des centaines de foyers se sont portés volontaires. Il faut dire que la collectivité prend en charge une partie du coût. Mais pas si vite : on s’assure d’abord que les adoptants ont bien conscience des responsabilités qu’implique l’adoption de deux poules.

Taille du jardin, soin des animaux, alimentation etc. Chaque foyer rempli un petit questionnaire avec une lettre de motivation pour garantir la réussite de l’opération dans la durée. Et pour cause : les 200 poules distribuées vont permettre de recycler 30 tonnes de déchets organiques par an sur la commune. On compte donc sur chaque adoptant pour chouchouter les poulettes et veiller à la bonne absorption des restes de table !

Quelques jours interminables passent, Léonie et son grand père attendent avec impatience la réponse de la ville pour savoir s’ils ont été retenus pour participer à l’opération…

Alors que la date de la distribution approche à grands pas, l’espoir s’amenuise. Il faut dire que l’opération a été victime de son succès ! Mais une lettre avec le cachet de la ville arrive enfin au courrier… Raymond appelle sa petite fille pour ouvrir la lettre avec elle.

« C’est oui !!! » s’exclame-t-il, excité comme un enfant. « Il n’y a plus qu’à leur trouver un prénom et choisir l’emplacement du poulailler avant le grand jour ! ».

Le jour de la distribution, l’entreprise choisie pour l’opération est présente pour répondre à toutes les questions. Un guide pratique est remis de même qu’un pack comprenant la litière et l’alimentation (BIO) pour 1 mois. Car n’oublions pas qu’en plus des restes de repas, les poules doivent impérativement disposer d’un mélange de grains ! Bio de préférence 😉

6 mois après l’opération, Raymond est conquis : « J’avais oublié à quel point les poules sont des animaux attachants. Au-delà des bienfaits concrets qu’elles nous apportent – les œufs frais, les restes de table qu’on ne jette plus, le fumier pour les plantes et le potager – ce sont de vrais auxiliaires du jardin ! Quelle animation quand on va les retrouver, c’est fou elles nous font carrément la fête ! Elles ont même tissé un lien très spécial avec Léonie qui passe beaucoup de temps avec elles ».

Quand on passe du temps avec elles les poules deviennent très familières.

Renseignez-vous auprès des services de votre ville pour savoir si des opérations similaires sont organisées près de chez vous, ou commandez vos poules en direct de la ferme !

 

Accueil/ L'élevage des poules/ Les races de poules

Quoi de n’œuf ?

Vous avez déjà essayé de faire naître des poussins ? C’est une expérience extraordinaire !

Pour cela c’est très simple, vous avez besoin d’un incubateur ou d’une poule qui couve. Dès réception laisser reposer vos œufs 24 heures dans une pièce sombre et tempérée. Ensuite placez-les dans l’incubateur, ou sous la poule maternelle qui leur fera volontiers une petite place 😉

Pour les enfants, l’incubation des oeufs (ici de manière naturelle) est toujours un spectacle fascinant.

En l’absence de maman poule, il vous faudra un kit pour mettre les poussins au chaud après l’éclosion, 3 semaines après la mise en incubation. Ce kit poussins comprend notamment une caisse à poussins avec lampe chauffante. En dehors de quelques points de vigilance de base comme la température, il est très simple d’élever des poussins. Mais surtout, quelle satisfaction ! C’est également un excellent entrainement pour les futurs parents 😉

Allez faire un tour par ici * (aller en bas de la page) pour choisir vos œufs fécondés parmi un choix de plusieurs races de poules superbes. Les œufs sont récoltés quotidiennement dans des poulaillers réservés à la reproduction, où les reproducteurs vivent en petits effectifs – environ 20 poules et 4 coqs (pour assurer une fécondation optimale) par poulailler avec grand parcours extérieur.

Les animaux reproducteurs sont sélectionnés par un éleveur passionné, engagé dans la préservation des races anciennes. Ses reproducteurs participent régulièrement à des concours, certains ont même posé pour des livres sur l’élevage amateur de poules d’ornement !

Vous vous demandez certainement comment des œufs fécondés peuvent voyager sans encombre ? Nous aussi on s’est posé la question. Pourtant, cela se passe sans accident ! L’éleveur a mis au point une petite boîte bien protégée, parfaitement adaptée pour une expédition par Colissimo. Les œufs sont livrés à domicile, rapidement et sans casse.

Allez à vous de tenter l’expérience ! Surtout, envoyez-nous vos photos pour nous raconter votre expérience ! Nous publierons les plus réussies sur la page Facebook et nous réservons une petite surprise à celle qui récoltera le plus de « like »… On vous en dit plus très bientôt !

* Le prix des oeufs comprend les frais de port et l’emballage. Les oeufs sont vendus par 6.

Accueil

La rentrée des poules

À l’occasion de la rentrée scolaire nous avons interrogé Roussette sur ce moment stressant.

Bonjour Roussette, comment vivez-vous cette rentrée ?

Plutôt bien, nous sommes heureuses de revoir nos familles de retour de vacances, certaines bronzées comme des œufs en chocolat ! Pour nous l’été au poulailler a été assez calme, nous ne sommes pas mécontentes de retrouver un peu de fraîcheur…

Vous avez bonne mine je trouve ! Vous avez bronzé de la crête non ?

Ah c’est possible, j’ai eu beau me mettre à l’ombre du buisson, on n’est pas à l’abri d’un coup de soleil ! À ce propos permettez-moi d’insister sur l’ombre : nul besoin d’un parasol, un bon buisson fait l’affaire. Mais ne surtout pas l’oublier car en journée il fait trop chaud à l’intérieur du poulailler, nous avons besoin d’un petit espace ombragé dans le parcours de promenade, idéalement protégé de la pluie.

Par forte chaleur les poules aiment s’allonger sous l’ombre d’un buisson.

Avez-vous besoin de fournitures spécifiques pour attaquer l’année ?

Rien de tout cela, simplement un grand nettoyage de rentrée :
– Retirer intégralement la litière usagée (à mettre au composteur ou en paillis au pied des plantes)
– Passer un coup de balayette pour enlever toutes les poussières dans les coins
– Si besoin (si la météo le permet) passer le poulailler aux grandes eaux avec un détergeant naturel (gamme Saniterpen)
– Une fois que l’intérieur est bien sec, appliquer une poudre antiparasitaire en insistant sur les coins et les interstices
– Remettre du copeau propre dans la partie « vie » en dessous du perchoir principal et la paille broyée dans les pondoirs
– Ratisser grossièrement le parcours pour enlever les fientes séchées à la surface
– Renouveler le sable du bac (ou nid creusé à même le sol) où les poules ont l’habitude de se poudrer
– Nettoyer abreuvoir et mangeoire à l’eau.

Y-a-t-il une actualité qui a retenu votre attention en cette rentrée ?

Vous savez j’écoute la radio par la fenêtre de la cuisine donc je suis au courant de ce qu’il se passe… Ils parlaient récemment de la démission de votre coq en charge de l’écologie (je ne sais pas très bien ce que cela veut dire d’ailleurs…). Mes copines et moi on pense avoir une partie de la solution : s’il y avait des poules dans tous les jardins, il y aurait au moins 30% de déchets en moins et des repas plus sains. En effet chez moi, depuis que les humains consomment leurs « œufs maison », on a vu débarquer un potager ! Ils cuisinent plus et mieux !

Comment le savez-vous ?

Les restes de repas qu’ils nous donnent sont délicieux, c’est du fait maison avec des produits sains, je vous le certifie ! Vous voulez une preuve ?

Oui…

On pond encore plus qu’avant. Et ils se régalent apparemment 😉

Un cercle vertueux finalement !

C’est cela… alors chiche : on s’y met tous ensemble ?

Pourquoi pas !

 

Accueil/ L'alimentation

Le meilleur aliment pour les poules

Vous êtes nombreux à nous demander conseil pour choisir le meilleur aliment pour vos poules car comme vous le savez, l’alimentation conditionne beaucoup la ponte. Pour les poules comme pour nous, une alimentation saine est un gage de bonne santé. Et une poule en forme pond ! CQFD.

Dans le commerce on trouve un large choix d’aliments conditionnés sous différentes formes : grains, granulés, miettes, farines ou muesli.

Roussette les a testés pour vous. Parole à l’experte…

– Vous avez goûté 20 références d’aliments disponibles sur le marché. Votre verdict ?

J’ai retenu 3 aliments pour mon podium ! Pour cela j’ai pris en compte l’origine des matières premières (cultivées en France ou hors hexagone), leur qualité (agriculture BIO ou agriculture conventionnelle), la composition de l’aliment et le packaging.

N°3 : Ali Bio disponible chez Truffaut

J’ai aimé la qualité correcte de cet aliment au prix raisonnable et au packaging recyclable sans plastique.

J’ai moins aimé la confusion qu’induit le nom du produit car « utilisable en agriculture biologique » ne signifie pas « issu de l’agriculture biologique ». En d’autres termes, pas du vrai bio ! Par ailleurs le conditionnement en granulés ne plaît pas à toutes les poules.

 

 

 

N°2 : Cot & Co de la marque Gasco.

J’ai aimé le mélange 100% bio, garantie de qualité pour moi et mes œufs !

Le packaging en kraft 100% recyclable, sans plastique.

J’ai moins aimé le conditionnement en granulés un peu grossier, pas apprécié par toutes les poules, en particulier les naines. Produit disponible chez Animo Shop.

 

 

 

N°1 : Muesli Bio de Farmili, disponible chez Farmili.

Sans doute le meilleur aliment en termes de qualités nutritives et de traçabilité.

J’ai aimé la composition en muesli bien assimilée par toutes les poules, permettant notamment d’éviter le gaspillage. La garantie 100% bio & origine France, de même que le packaging 100% recyclable.

J’ai moins aimé le prix un peu élevé, mais comme on dit « la qualité se paye » !

 

 

Accueil/ Le poulailler/ Les maladies/ Maladies et soins des poules

Un bain de sable pour mes poules

Pour garder des poules en bonne santé il existe quelques règles simples, dont une trop souvent oubliée des éleveurs : le bain !

Un poulailler nettoyé sans baignoire pour vos poules, c’est un peu comme un appartement tout propre sans salle de bain ! Ah, je sens que ça vous parle 😉

Ici pas question d’une salle d’eau mais plutôt d’une baignoire sèche au sable… Voilà le rêve de toutes les poules. Il n’y a qu’à voir : vos poules se mettent à gratter dans le sol jusqu’à former un fameux nid de poule où elles se roulent vigoureusement pour se débarrasser des parasites.

Anticipez en aménageant vous-même une petite cavité dans le sol (sur 10 à 15 cm de profondeur) dans laquelle vous verserez l’équivalent d’une pelleté de sable fin. Ajoutez un peu de terre de diatomée pour une efficacité renforcée. Pas d’inquiétude ces produits naturels n’auront aucun impact négatif sur le sol du jardin. Renouvelez le contenu du bain de sable environ deux fois par an. La litière usagée pourra être dispersée dans le jardin, au pied des plantations.

Pour commander votre « pack bain des poules », c’est par ici.

Un bain suffit pour 2 poules. Si vos poules ont déjà élu domicile dans un ou plusieurs nid(s), choisissez leur préféré et versez-y le sable et les compléments naturels.

Ce soin du corps et des plumes est absolument essentiel pour vos poules. Bien-sûr, cela va de pair avec un nettoyage régulier et rigoureux du poulailler 😉